• bernadette desage

Rencontre: Anne Delaflotte Mehdevi

Rencontre avec Anne Delaflotte Mehdevi

Librairie Aux Vieux Livres Chateaugiron 07/04 :2022


« La soirée chez Camille à la librairie Aux vieux livres, animée par Bernadette, c'était comme prendre le thé entre amies non ? Pas de bûche dans la cheminée, mais les yeux de Camille qui brillent et la voix de Bernadette qui crépite. D'ailleurs, je n'ai pas rêvé, ‘Marguerite’ (l’héroïne du roman Le livre des heures) a repris du thé deux fois. » Anne Delaflotte Mehdevi.

Merci Anne pour ce clin d’œil qui m’émeut tellement.




Vous êtes venue présenter votre dernier roman : Le Livre des heures. Buchet-Chastel (06/01/2022)

Un fabuleux portrait de femme dans le Paris du XVème siècle.

Marguerite vit sur le Pont Notre Dame où les hommes de sa famille exercent le métier d’enlumineurs. Son frère jumeau est épileptique et leur mère préférerait que ce soit Marguerite. C’est le drame de la vie de cette femme qui porte en elle beaucoup de colère, harcèle sa fille et la pousse à un mariage précoce.

Marguerite trouve refuge dans l’atelier d’enluminure. « Elle est fascinée par la fabrication de la couleur dans laquelle elle voit l’expression de la vie ». Elle observe.

Un jour, puisque Marguerite insiste, son grand-père la teste, et « déclare à son fils que leur atelier vivra, qu’il se voit comme un homme dans le désert qui a eu grand’soif, et qui enfin boit ».

Marguerite est adoubée et intègre l’atelier familial. « Elle est à sa place ».


Elle est ce petit commis qui se rend chez son oncle apothicaire pour approvisionner l’atelier en fragments du monde, minéral, végétal, animal. Elle les met dans sa besace, retraverse l’île de la Cité pour venir recomposer le monde en couleur à l’atelier. Ou dans le secret de sa chambre quand elle réalisera son propre livre d’heures.


Le livre d’heures : « Il faut entendre livre ‘d’heures canoniales’, qui sont des offices liturgiques, récités et chantés, en plus de la messe quotidienne, au sein des ordres religieux et du clergé séculier. De siècle en siècle, ce livre d’heures, de prières, échappées des églises aux alentours du XIIème siècle pour pénétrer le monde laïc, devient un attribut de luxe, et souvent une œuvre d’art » précise l’auteure.


A la mort du grand père, Marguerite accepte le mariage pour la continuité de l’atelier. « Elle pousse sa liberté jusqu’où elle peut dans le monde tel qu’il est. »

Son père évolue vers l’imprimerie. Nous sommes à l’aube de la Renaissance:« Le mot est beau à pleurer (…) A pleurer, car par une de ces pirouettes pathétiques dont l’humanité a le secret, la Renaissance fera le lit de la Réforme, la Réforme de la Contre-réforme et des guerres de religion, qui parmi toutes les guerres que connaîtra l’Europe seront les pires…"

Elle devient veuve. Elle doit penser à se remarier. Mais un jour, chez son oncle apothicaire elle rencontre Daoud.


Ce livre est à lire et à relire. Il m’a captivée. J’ai déjà relu certains passages tellement ils sont intenses, riches d’émotions, d’évocations. Il y a des résonances entre les figures de ce livre et notre imaginaire. L’écriture si talentueuse, douce, juste, avec des mots du moyen âge parfois fait resurgir l’informulé en nous. Marguerite nous a précédées certes mais elle est néanmoins si proche par la grâce du verbe précis, l’arc en ciel des sentiments et cette gamme inouïe dans le lexique des couleurs. Anne Delaflotte Mehdevi fait littéralement jaillir la lumière dans notre quotidien.


Le Livre des heures comme ses précédents romans est très précisément documenté ; l’intrigue s’inscrit dans la grande Histoire du monde, du nouveau monde qui se dessine : l’inquisition, la peur du Turc et de l’Islam, l’invention de l’imprimerie, les voyages de Christophe Colomb et les prémices de la Renaissance.


Merci Anne, vous lire est un bonheur.


Anne Delaflote Medhevi a écrit également La relieuse du gué (2008), Fugue (2010), Sanderling (2013), Le portefeuille rouge (2015), Sanderling (2013(et le Théâtre de Slavek (2018)

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout