• bernadette desage

La mélancolie des baleines

Dernière mise à jour : 31 déc. 2021

Philippe GERIN Actes SUD .288 pages . 18 Aout 2021





Ayden et Sasha sont les parents de Eldfell ainsi nommé car c’est le nom d’un volcan islandais pays où ils conçurent leur fils. Les médecins viennent de diagnostiquer à Eldfell une grave maladie. Un voyage en Islande sur les pas du premier, neuf ans plutôt a été promis à l’enfant et minutieusement préparé.

Guomondur, est conducteur de bus sur l’interminable route circulaire1. Abandonné à la naissance, rejeté de tous, il écrit quotidiennement à la nuit tombée.

Arna est revenue vivre sa retraite en Islande, dans la maison bleue isolée où elle a passé son enfance et le début de sa vie de femme et où son compagnon a disparu. Elle connait les plantes et leur pouvoir de guérison.

Il Ya Birna, une jeune fille disparue, pourtant présente à chaque instant du roman et qui est le lien entre ces gens.

Et puis, il y a les baleines qui s’échouent sur la plage de sable noir mais aussi partout dans le monde. Leur mort symbolise la détresse écologique actuelle et les ravages du tourisme de masse.

Un soir de tempête, tous ces personnages, l’enfant énigmatique et voyant qui sait qu’il va mourir, ses parents harassés et désespérés, le conducteur de bus qui vient de reprendre sa vie en mains se réfugient dans la maison bleue d’Arna. Au matin, tout aura changé.


Enorme coup de cœur pour ce roman de la fraternité dans un monde en lambeaux.



Extraits :

« Toute cette beauté a existé pour toi. Pour toi aussi. Elle doit toujours rester une inspiration et un élan. Ce n'est que poésie. La poésie est tout ce qui reste quand le monde est en morceaux. »

« La trop longue solitude assèche le verbe et le désir d’autrui. »


Résumé Editeur :

Alors que se multiplient à travers le globe les échouages de baleines, cinq hommes et femmes - des êtres blessés ou endeuillés, mais n'ayant pas renoncé à faire l'expérience de la beauté du monde et de la bonté - convergent vers une mystérieuse maison bleue surplombant une plage d'Islande où viennent mourir les cétacés. Ils ne se connaissent pas encore mais une nuit les attend, qui scellera à jamais leur destin.


Critique :

Actualitte 06 juillet 2021

À travers les trajectoires de personnages meurtris, mais n’ayant pas renoncé à faire l’expérience de la bonté et de la beauté, Philippe Gerin dessine une fraternité nouvelle dans un monde en lambeaux. Il signe un roman lumineux et onirique, à la poésie entêtante.



Interview de l’auteur par Ouest France le 16 08 2021 : Extraits

« Le choix de l’Islande s’est imposé quand j’ai entendu cette histoire d’Islandais qui avaient posé une plaque commémorative en hommage à un glacier disparu. Une démarche que j’ai trouvée belle et tellement dérisoire. »


« La thématique est aride, j’ai voulu néanmoins que le roman soit lumineux, que rien ne soit perdu, définitif, se dire que dans un monde anxiogène, où l’on a la sensation d’être au bord du gouffre, on peut définir une nouvelle fraternité, trouver des solutions ensemble, coopérer. »


L’auteur :


Philippe Gerin vit en Ile et Vilaine. Il a voyagé au Canada, en Sibérie, au bord de la Baltique, en Scandinavie, en Malaisie, en Islande... Il est l'auteur de deux précédents romans, Du haut de la décharge sauvage (LNA, 2013) et Les Voyages de Cosme K (Gaïa, 2019).

Il sera le samedi 18 Décembre 2021 en dédicace à la librairie Aux Vieux libres à Chateaugiron de 15 à 18 h.

35 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout