• bernadette desage

Gaëlle Josse

Gaëlle Josse

Après des études de droit, de journalisme et de psychologie clinique, Gaëlle Josse est venue à la littérature par la poésie. Nous l’avons rencontrée à la librairie aux vieux livres à Chateaugiron où elle dédicaçait ses livres le 2/04/2022.


Rencontrer Gaëlle Josse, c’est avoir rendez-vous avec une femme habitée par la vie, l’humanité, la sororité et qui a le secret des mots qui nous touchent.

« La grâce de certains matins

Lorsque monte le soleil


Et cette crainte de les abimer »


Ces vers de l’auteure exposés dans le métro à l’occasion du Printemps des Poètes sont extraits de son dernier ouvrage, un recueil de poèmes : Et recoudre le soleil 2022 Notabilia Noir sur Blanc







Elle écrit pour la quatrième de couverture :

« Cette faim ardente à dire ce qui ne se voit pas

Ce qui court sur les visages les lèvres les paupières

La vie le vent le souvenir des caresses










« J'ai écrit ces textes dans des carnets, des cahiers, sur des pages volantes, des agendas, des tickets, des listes, des enveloppes, des marque-pages ou dans mon téléphone ; je les ai écrits dans les gares, les trains, les hôtels, les cafés, chez moi, dans le métro, en ville et en d'autres lieux. J'ai eu envie de vous offrir aujourd'hui cette moisson de mots cueillis jour après jour, qu'ils aient été d'orage ou d'allégresse. Mais vivants. Vivants, oui, et vibrants, toujours. » Gaëlle Josse

« La poésie, c’est faire attention aux choses, c’est leur porter une attention extrême. C’est avant tout la simplicité de notre regard posé sur les choses qui nous entourent, un regard désencombré pour aller à la racine d’une émotion. La poésie est cette immense liberté d’accueillir les mots »

« La poésie m’accompagne depuis très longtemps »

Elle a commencé à écrire des poèmes avant de publier plusieurs romans pour lesquels, elle a obtenu de nombreux prix, notamment :

Les heures silencieuses 2011 :« La découverte de ce tableau m’a donné une impression physique étrange. On a l’impression d’être aspirée. Quel gâchis de s’être privé des talents des femmes peintres »

Une longue impatience : 2019 : Beaucoup de gens sont venus me dire que c’est leur propre histoire. Elle s’est imposée à moi. Ce livre a d’abord été écrit à la troisième personne. Puis je suis passée à la première personne, au Je car ça ne pouvait pas être dit de l’extérieur.

Une femme en contrejour 2019 : C’est l’histoire de Viviane Maier. Pour ce livre, je n’ai rien inventé. Je déteste les biographies romancées. Je ne me sens aucun droit d’inventer quelque chose dans une vie »

Elle a également publié : Nos vies désaccordées 2012, Noces de neige 2013 pour lequel il y a un projet d’adaptation au cinéma, Le dernier gardien d’Ellis Island 2014, Ce matin-là 2021 et d’autres encore.

Ses livres sont étudiés dans de nombreux collèges et lycées

« L’écriture ? C’est ce qui vient me chercher un peu, me bousculer ».

Elle écrit comme on peint, comme on danse. Sa poésie y compris dans ses romans nous nourrit, nous réconcilie, nous reconstruit.

24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout