• bernadette desage

Diversités

Dernière mise à jour : 20 janv.

Le Temps des bouquineurs 20 Septembre2015


Coups de cœur pour Sonia : le film Vice et Versa, film d’animation des studios Disney et deux livres :

Fondements scientifiques du film Vice Versa

« Le réalisateur du film, Pete Docter, explique avoir initialement dressé une liste de vingt-six émotions utilisables pour le film, avant de se tourner vers la communauté scientifique pour connaitre le nombre réel d’émotions existantes. Devant l’absence de consensus scientifique2, l’équipe a choisi de ne garder que cinq des six émotions fondamentales de la théorie de Paul Ekman3, un psychologue américain : la joie, la tristesse, la peur, le dégout et la colère (la sixième étant la surprise

La Brigade du rire de Gérard Mordillat :" drôle, actuel, gaucho, génial" dit Sonia.

Note éditeur

Ils sont onze : Kowalski, dit Kol, né en colère, Betty, au chômage, Dylan, prof d'anglais et poète, les jumelles Dorith et Muriel, pour qui la vie est une fête permanente, L'Enfant-Loup, coureur et bagarreur, Suzana, infirmière en psychiatrie, Rousseau, prof d'économie, Hurel, industriel, lecteur de Marx, Isaac , distributeur de films, et Victoria, que personne n'attendait. Constitués en « Brigade du rire », ils kidnappent Pierre Ramut, l'éditorialiste vedette de Valeurs françaises, et le forcent à travailler selon ses préceptes : semaine de 48 heures, salaire de 20 % inférieur au SMIC, productivité maximum, travail le dimanche. Il saura désormais de quoi il parle…


« Existe-t-il une littérature de résistance ? À la connerie. À l’air du temps. À la montée de l'extrémisme. Oui, et Gérard Mordillat est l’un de ses meilleurs chefs de réseau. » François Busnel, L’Express



Délivrances, le dernier Toni Morrrison : moins facile mais toujours si bien écrit. Ce n’est pas un coup de cœur car très (trop ?) morbide, sordide dans l’accumulation mais intéressant notamment contre le racisme.


Enzo raconte « 520kms », livre ado de Max de Radiguès : une histoire d’amour et de rupture entre deux jeunes et le récit de leur périple. Plongée dans l’univers adolescent avec pudeur et retenue.




Aurélie nous fait découvrir Les héros, ça s’trompe jamais de Marie Potvin, auteure québécoise dont c’est le premier roman. Succès au travail mais pas en amour dans une entreprise familiale……..mais finalement l’amour survient et bouleverse tout.


La danse des grands-mères de Clarissa Pinkolo Estès est le coup de coeurà Bernadette. La femme à travers les générations, les transmissions dans les deux sens à travers le monde. L’intuition féminine. C’est bourré de symboles.

Note de l’éditeur

La danse des grands-mères

Clarissa Pinkola-Estés

« Dans le droit fil de Femmes qui courent avec les loups, devenu livre-culte et qui continue à parler aux femmes, de bouche à oreille, dans le monde entier, la conteuse et psychanalyste jungienne Clarissa Pinkola-Estès a tissé un texte beaucoup plus court, mais tout aussi riche : La danse des grand-mères. Eh oui, elles dansent, ces grands-mères, qui, on s’en doute, ne sont pas femmes à tricoter dans leur fauteuil au coin du feu. Elles ont des ailes aux talons et elles ouvrent la voie d’un pas incandescent. Car ce sont des incarnations de la sagesse, qui n’a rien à voir avec l’âge. Des « passeuses », des guides, des mentors pour les jeunes générations et les autres. Leur mission, c’est la transmission. Et ce qu’elles ont à transmettre est ceci : « Quand quelqu’un vit vraiment, les autres en font autant. » La femme sauvage pointe une fois de plus son museau au coin des pages... Le thème de la vieille femme détentrice de la sagesse occupait déjà une place centrale dans Femmes qui courent avec les loups. N’est-ce pas elle qui, dans les contes et la mythologie, vient au secours de l’héroïne en détresse plus souvent que le chevalier blanc ? En retour, elle reçoit de la jeunesse l’énergie. On retrouve là un couple jungien, celui de l’âme et de l’esprit. « Etre jeune dans sa vieillesse, vieille dans sa jeunesse » : la formule ouvre et clôt l’ouvrage, qu’elle inspire. Entre les deux, la « passeuse » qu’est Clarissa Pinkola-Estès aura revisité certains mythes et archétypes, raconté des histoires (dont celle qui donne son titre - joyeux – au livre), évoqué sa propre histoire familiale, repris des thèmes comme celui de la guérison, de la renaissance, de l’arbre, et même rédigé des textes de prières pour les anciennes et pour les jeunes, sur ce ton incantatoire et dans cette langue magnifique que nous lui connaissons. »


Bel ouvrage de cette écrivaine américaine née au Mexique, ethnologue, conteuse et psychanalyste.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le temps des bouquineurs Mai 2022 Retourner le Monde. Rencontre. exceptionnelle et passionnante autour du féminisme. Jeanne nous présente les livres qui sont pour elles des références sur ce sujet. Sa